Ôªø Sornettes - Humoristes

Sornettes

Vous êtes ici : Accueil du site > Citations > Humoristes
Publié : 5 septembre 2006
Version imprimable de cet article Version imprimable
Format PDF Enregistrer au format PDF

Humoristes

http://www.editionsecriture.com/ - 29,95 €

INDEX DES AUTEURS :

Marcel ACHARD

Marcel Augustin Ferréol dit Marcel ACHARD, dramaturge et écrivain français (1899 - 1974)

« Les talons hauts ont été inventés par une femme qu’on embrassait toujours sur le front. »

« Dans un couple, l’un au moins doit être fidèle, de préférence l’autre. »

« Il n’y a que deux sortes de femmes : celles qui trompent leur mari, et celles qui disent que ce n’est pas vrai. »

« La veillesse, c’est quand on va dans des restaurants où il y a des sommeliers, et non plus dans ceux où il y a des serveuses. »

« L’homme poursuit la femme jusqu’à ce qu’elle l’attrape. »

« Jamais je ne pourrai écrire mes mémoires, je mens trop. »

« Les femmes attachent beaucoup d’importance à l’étiquette. Parce qu’il y a le prix dessus. »

« C’est avec les salles glaciales qu’on fait les fours. »

« Les femmes légères sont celles qui pèsent le plus lourdement sur le budget d’un homme. »

« Le piéton est une espèce de microbe qui vit dans les artères et qui gêne la circulation. »

« Les femmes aiment ce qu’elles entendent, les hommes ce qu’ils voient. »

« La femme a la passion du calcul : elle divise son âge par deux, double le prix de ses robes, triple les appointements de son mari et ajoute cinq ans à l’âge de sa meilleure amie. »

« Un optimiste est un monsieur qui croit qu’une dame a terminé sa conversation téléphonique parce qu’elle dit « au revoir ». »

« Certains croient que le génie est héréditaire. Les autres n’ont pas d’enfants. »

« Je n’ai qu’une parole, mais je n’ai pas de mémoire. »

« Mon corps n’en fait qu’à sa tête. »

« La chance existe. Sans cela comment expliquer la réussite des autres ? »

Alphonce ALLAIS

Écrivain et humoriste français (1854 - 1905)

« L’humour est à l’homme ce que la bière est à la pression. »

« Les océans ne débordent pas parce que la providence a mis des éponges dedans. »

« Les pommes de terre cuites sont tellement plus faciles a digérer que les pommes en terre cuite ! »

« On est mieux assis que debout et vermouth cassis. »

« Je ne plaisante jamais avec l’humour. »

« Shakespeare n’a jamais existé. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui portait le même nom que lui. »

« Le comble de la politesse : S’asseoir sur son derrière et de lui demander pardon. »

« Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue. »

« La lune est pleine et on ne sait pas qui l’a mise dans cet état. »

« On n’insistera jamais assez sur les inconvénients que présente l’abus de cyanure de potassium dans l’alimentation des nouveau-nés. »

« Je lâcherais tout, même la proie, pour Londres. »

« Plus les galets ont roulé, plus ils sont polis. Pour les cochers, c’est le contraire. »

« C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin. »

« Je lui fermai la bouche d’un baiser derrière l’oreille. »

« Je me suis toujours demandé si les gauchers passaient l’arme à droite. »

Woody ALLEN

Allan Stewart Königsberg dit Woody ALLEN, comédien, scénariste, réalisateur et clarinettiste de jazz, américain (né en 1935)

« La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible. » (Paternité contestée)

« Non seulement Dieu n’existe pas. Mais essayez donc d’avoir un plombier le week-end. »

« La première fois que j’ai vu une femme nue, j’ai cru que c’était une erreur… »

« Chez nous on mangeait à la carte. Celui qui tirait l’as de pique, mangeait. »

« Une auto-stoppeuse est une jeune femme généralement jolie et court vêtue qui se trouve sur votre route quand vous êtes avec votre femme. »

« La dernière fois que j’ai pénétré une femme, c’était en visitant la statue de la Liberté. »

« Dieu est mort. Marx est mort. Et moi même, je ne me sens pas très bien »

« La réponse est oui. Mais qu’elle était la question ? »

« L’éternité c’est long, surtout vers la fin. »

« Chez nous c’est moi le patron, ma femme est seulement celle qui prend les décisions. »

« Je préfère l’incinération à l’enterrement et les deux à un week-end avec ma femme. »

« Si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. »

« La célébrité m’a apporté un gros avantage : les femmes qui me disent non sont plus belles qu’autrefois. »

« Nous vivons une société beaucoup trop permissive. Jamais encore la pornographie ne s’était étalée avec une telle impudeur. Et en plus, les films sont flous ! »

« Quand j’écoute trop Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne. »

« Je tiens beaucoup à ma montre, c’est mon grand-père qui me l’a vendue sur son lit de mort. »

« L’objectivité à la télé ? Un quart d’heure pour les juifs, un quart d’heure pour Hitler. »

« Quand j’ai été kidnappé, mes parents ont tout de suite agi : ils ont loué ma chambre. »

« J’ai pris un cours de lecture rapide et j’ai pu lire »Guerre et Paix« en vingt minutes. Ça parle de la Russie. »

« Ce n’est pas que j’ai peur de la mort ; je veux juste ne pas être là quand elle se présentera. »

« Je n’aime pas faire de l’exercice. Je préfère m’atrophier. »

« Je n’ai rien contre la science… Tu sais, moi, entre la climatisation et le pape, je choisis la clim… »

ANONYMES

« Il ne faut jamais frapper une femme, même avec une pioche !. »

« La télévision c’est le chewing gum de l’œil. »

« Le timide n’ose pas dire que son cul lui appartient. »

« Il n’y a que l’humour qui compte, tout le restant c’est de la blague. »

« L’insomnie est une maladie héréditaire transmise aux parents par les bébés. »

« Ne vous marriez pas pour de l’argent ; vous pouvez l’emprunter pour moins cher. »

« Dieu donne la viande, le Diable les cuisiniers. »

« Le plus empêché est celui qui tient la queue de la poêle. »

« Chaque pot a son couvercle. »

« Pour souper avec le Diable , il faut une grande cuillère. »

« Je veux acheter un boomerang neuf. Comment puis-je me débarrasser du vieux ? »

« Pourquoi ne voit-on jamais de titre de journaux comme « Un medium gagne au Lotto » ? »

« L’homme sage ne joue pas à saute-mouton avec une licorne. »

« Si rien ne se colle au Teflon, comment l’a-t-on collé a la poele ? »

« Ils essaient tous de me faire passer pour paranoïaque ! »

« Si Microsoft inventait quelque chose qui ne plante pas, ce serait un clou. »

« Sur une navette spatiale qui voyage à la vitesse de la lumière, est-ce que des phares sont vraiment nécessaires ? »

« Pourquoi n’y a-t-il pas de nourriture pour chat avec gout de souris ? »

« Savez-vous que les bonshommes de neige tombent du ciel non assemblés ? »

Jean ANOUILH

Écrivain français, auteur de pièces de théâtre (1910- 1987)

« Le mariage, ma petite, c’est la robe. Après, évidemment, on a le mari ! »

« Pourquoi contredire une femme ? Il est tellement plus simple d’attendre qu’elle change d’avis. »

« Les femmes, c’est comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir. »

« N’aimer que soi, cela doit être bien monotone. »

« On imagine mal un prêtre tout nu. »

« Les femmes ont horreur d’attendre. C’est un supplice qu’elles nous réservent. »

« On ne doit jamais battre une femme - même avec une fleur ! »

« Le cinéma c’est une industrie, mais malheureusement, c’est aussi un art. »

« La publicité reste l’art de vendre quelque chose au client de la maison de publicité. »

« Les pauvres devraient se réjouir de leur excellent estomac au lieu de se plaindre, quand il y a tant de millionnaires gastralgiques. »

Jacques ATTALI

Économiste, écrivain et haut fonctionnaire français (né en 1943)

« Un économiste est celui qui est toujours capable d’expliquer le lendemain pourquoi la veille il disait le contraire de ce qui s’est produit aujourd’hui. » (Cité dans Bernard Maris, Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles, Albin Michel, 1999, p.15.)

Pierre Michel AUDIARD

Dialoguiste et réalisateur français de cinéma (1920-1985)

« Le mariage, c’est ce qui différencie l’homme de la bête. Il ne faut pas confondre avec le rire… c’est pourtant pas la même chose ! »

« Faut pas parler aux cons, ça les instruit. »

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. »

« Un gentleman, c’est celui qui est capable de décrire Sophia Loren sans faire de geste. »

« C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule. »

« Le jour est proche où nous n’aurons plus que “l’impôt” sur les os. »

« Quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner. »

« Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche. »

« Conduire dans Paris, c’est une question de vocabulaire. »

« Un pigeon, c’est plus con qu’un dauphin, d’accord… mais ça vole. »

« Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer. »

« L’été : les vieux cons sont à Deauville, les putes à Saint-Tropez et les autres sont en voiture un peu partout. »

« Le piano, c’est l’accordéon du riche. »

« Un secret consiste à ne le répéter qu’à une seule personne à la fois. »

« La fréquentations des salons m’a appris une chose : à ne plus chercher à acheter au coin des rues ce que l’on trouve gratuitement auprès des femmes du monde. »

« Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. »

« Vos opinions sur la musique contemporaine, je vous conseille de les utiliser en suppositoires. »

BABOUSE

Né François-Henry Monier, dessinateur de presse, journaliste, illustrateur et auteur de bandes-dessinées, collaborateur du magazine « Fluide Glacial », français (né en 1972)

« Tarzan était vraiment exaspéré : la liane de 11 h 30 était encore en retard. »

« Si tous les gars du monde pouvaient se donner la main, ils arrêteraient de se ronger les ongles. »

« Les études c’est comme le petit orteil : ça sert plus à grand-chose mais ça fait bizarre si on en a pas ! »

« Souvent pour s’amuser les hommes d’équipages prennent des albatros : la Marine c’est bien mais ça manque de femmes… »

« Je ne suis tellement pas plus malin qu’un autre que je me demande parfois si je ne suis pas aussi con que tout le monde… »

Roland BACRI

Humoriste pied-noir (né en 1926)

"Notre flipper qui êtes aux cieux….
Ainsi soit tilt."

Julos BEAUCARNE

Conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur belge (né en 1936)

« Les modes sont des maladies mentales entretenues par le commerce. »

« Ton christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, ton écriture est latine, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes et … tu reproches à ton voisin d’être étranger ! »

« À force de péter trop haut, le cul prend la place du cerveau. »

« Pet retenu fait un abcès au trou du cul. »

« Dès le moment où nous sortons du ventre de notre mère, nous devenons toutes et tous des émigrés. »

Samuel BECKETT

Écrivain, poète et dramaturge irlandais d’expression anglaise et française (1906 - 1989)

« Si je me mets à réfléchir, je vais rater mon décès. »

« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent. »

« Mais que foutait Dieu avant la création ? »

« Quand on est dans la merde jusqu’au cou, il ne reste plus qu’à chanter. »

« Qu’il est difficile de parler de la lune avec retenue ! Elle est si con, la lune. Ça doit être son cul quelle nous montre toujours. »

Guy BEDOS

Humoriste, artiste de music-hall, acteur et scénariste français (né en 1934)

« Les femmes chez nous représentent la moitié du corps électoral. Vu comme ça, le corps électoral, ça m’excite. »

« Il faut payer les enseignants. Sinon, c’est les enfants qui payent. »

« Ca devient difficile d’être de gauche. Surtout quand on n’est pas de droite. »

« Je vais bien. Et si tout le monde allait aussi bien que moi, j’irais beaucoup mieux. »

« De Mireille Mathieu : - - Elle n’est ni de droite ni de gauche, elle est là où on la pose. »

« Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant. »

« La Bourse je m’en fous, j’ai choisi la vie. »

« Ce qui me console de souffler bientôt ma soixantième bougie, c’est que dans sexagénaire il y a sexe. »

« Le seul prix qui intéresse vraiment un écrivain, c’est le prix du livre. »

« A la télé, jusqu’à cinquante ans, on fait des émissions. Après, on fait des archives. »

« Vieillir reste pour l’instant ce qu’on a trouvé de mieux pour ne pas mourir. »

« Dieu soit loué - et s’il est à vendre, achète, c’est une valeur en hausse ! »

« Il n’y a pas que des salauds au gouvernement. Il faut rester objectif. Il y a aussi des incompétences. »

Sir Thomas BEECHAM

Chef d’orchestre britannique (1879 - 1961)

« Les Anglais ne s’intéressent pas à la musique, mais ils aiment le bruit qu’elle fait. »

Ernst Ingmar BERGMAN

Scénariste, metteur en scène de cinéma et de théâtre suédois (1918 - 2007)

« Où qu’on se tourne, on a les fesses derrière soi. » (Le Septième Sceau, 1957)

Tristan BERNARD

Paul Bernard dit Tristan BERNARD, romancier et auteur dramatique français (1866 - 1947)

« Cocu : il vaut mieux être plusieurs sur une bonne affaire que seul sur une mauvaise. »

« Un critique dramatique est un puceau qui prétend m’apprendre à baiser ! »

« On ne prête qu’aux riches, et on a bien raison, parce que les autres remboursent difficilement. »

« On ne peut compter que sur soi-même… et encore, pas trop ! »

« Ah ! que ne suis-je riche, pour venir en aide au pauvre que je suis ! »

Définitions :
"Diamantaire : suit le cours des rivières.
Age : ne reste pas longtemps ingrat.
Piano : moins cher quand il est droit.
Caramel : fréquente le palais et menace la couronne.
Héritage : ce que le feu a épargné.
Entracte : vide les baignoire et remplit les lavabos."
(Paternité contestée)

« C’est dieu qui a créé le monde, mais c’est le Diable qui le fait vivre. »

« Le mariage permet de résoudre à deux les problèmes qu’on ne se posait pas tout seul. »

« On ne perd rien à être poli sauf sa place dans le métro »

« Les Français croient qu’ils parlent bien le français parce qu’ils ne parlent aucune langue étrangère. »

« La vraie paresse, c’est de se lever à six heures du matin pour avoir plus longtemps à ne rien faire. »

« Etre bête présente cet avantage que soi-même on ne s’en aperçoit pas. »

« Avec mes gains au casino, je me suis acheté une casquette de yachtman ; avec mes pertes, j’aurais pu me payer le bateau. »

« Le cinéma était muet de naissance. »

« La Vénus callipyge avait un bel avenir derrière elle. »

« Je l’ai revu l’autre jour. Il avait tellement changé qu’il ne m’a pas reconnu. »

« Il faut mettre de l’argent de côté pour en avoir devant soi. »

« Elle avait le nez si gros que pour l’embrasser sur les deux joues il fallait mieux passer par derrière. »

"Quand on porta aux Invalides
Les cendres de Napoléon 1er,
On s’aperçut, c’est trop stupide,
Qu’il n’y avait pas de cendrier."

Georges-Augustin BIDAULT

Homme politique français (1899 - 1983)

« Il vaut mieux se laver les dents dans un verre à pied que les pieds dans un verre à dents. »

« A force d’avoir les yeux dans la poche, on finit par avoir des poches sous les yeux. »

Ambrose Gwinnet BIERCE

Écrivain et journaliste américain, auteur du Dictionnaire du Diable (1842 - 1914)

« CADAVRE : Produit fini dont nous sommes la matière première. »

« ELECTEUR : Celui qui jouit du privilège sacré de voter pour l’homme choisi par un autre. »

« MAUSOLÉE : L’ultime folie des riches, et la plus ridicule. »

« MINISTRE : Fonctionnaire doté d’un très grand pouvoir et d’une toute petite responsabilité. »

« PANTALON : Habillement inférieur du mâle adulte civilisé. Le vêtement est tubulaire et dépourvu de charnières aux points de flexion. Il fut inventé, probablement, par un humoriste. »

« POLITIQUE : Conduite des affaires publiques en vue d’un avantage privé. »

« PRIER : Demander que l’on annule les lois de l’univers en faveur d’un seul solliciteur, qui reconnaît lui-même son indignité. »

« VIOLON : Instrument désigné à chatouiller les oreilles de l’homme par le frottement de la queue d’un cheval sur les boyaux d’un chat. »

Maurice BIRAUD

Animateur de radio, humoriste, acteur français, surnommé affectueusement Bibi (1922 - 1982)

« Moi je suis terrassier-zingueur : l’après-midi je suis en terrasse et le soir je suis au zinc. »

Son journal satirique s’appelait : « L’indépendant d’oreille. »

« Ma femme elle est coquette mais moi je vous le dis, elle ne rentre jamais dans du 38 sauf au volant à Grenoble quand elle a embouti la voiture du maire. »

Dans des émissions musicales à la radio :
« Les Brahms m’en tombent. »
« Pourquoi tant de Haydn. »
« Qui dort Borodine. »
« Les Saint-Saëns en émoi. »
« Quand y en a Poulenc, y en a pour l’autre. »
« Mendelssohn toujours trois fois. »
« Cigarette, Stravinsky et p’tite pépée. »
« Ravel ton compliment. »
« Passe ton Bach d’abord. »
« Ta vu Monteverdi ? Non j’ai vu monter personne. »
« Fauré voir à ne pas exagérer. »
« Le grand Messiaen loup. »
« Austère Liszt. »
« Oh les pétaradants bolides de Schubert. »
« Un sacré roulé Boulez. »
« Au Gounod camarade. »

Sur sa tombe, dans le cimetière de Collonges-la-Rouge en Corrèze : « Ici repose Maurice Biraud qui n’a jamais eu besoin de porteurs pour son bagage intellectuel. »

Francis BLANCHE

Acteur et humoriste français (1921 - 1974)

« Pour le week-end, nous avons voulu faire les Châteaux de la Loire. Malheureusement, ils étaient déjà faits. »

« Pour que l’école dure, amis, donnez. »

« Pour rentrer chez vous, une seule adresse : la vôtre. »

« Si vous ne vous sentez pas bien, faites-vous sentir par un autre. »

« Infarctus ? C’est le seul mot irrégulier de la langue française. On dit : un infarctus, des obsèques. »

« C’est en sciant que Léonard devint scie. »

« J’aime bien la mini-jupe. Je n’y vois que des avantages. »

« Qui aime bien ses lunettes ménage sa monture. »

« On n’a que l’âge de ses obsèques. »

« La ville d’Antibes et la ville de Biot vont fusionner. Leurs habitants s’appelleront désormais les Antibiotiques. »

« Je préfère le vin d’ici à l’au-delà »

« Les femmes suivent la mode pour que les hommes les suivent. »

« Un chameau, c’est un cheval dessiné par une commission d’experts. »

« Ce qui peut se passer après la mort ?… Je m’en fous : je serais mort. »

« Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. »

« Etudiants, étudiantes, ne vous présentez plus au bac : prenez le Pont de Tancarville !… »

« Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu hais. »

« L’air est plus pur à la campagne parce que les paysans dorment les fenêtres fermées. »

« La preuve que la lune est habitée, c’est qu’il y a de la lumière. »

« Mesdames : si votre poitrine tombe… posez-la par terre. »

« Le premier qui dit que j’ai mauvais caractère, c’est : ma main dans la figure. »

« On m’a demandé ce qui me frappe, chez une femme !… Je ne permettrai jamais à une femme de me frapper !… »

« Ne faites pas à autrui ce que vous pouvez faire le jour même. »

« Je suis né pendant la paix 18-39. »

Alexandre BREFFORT

Journaliste, scénariste, homme de théâtre et écrivain français (1901 - 1971)

« Je suis gelé, mettez donc une bûche dans le radiateur. »

« Quand on a faim, on trouve toujours un bon copain pour vous payer à boire. »

« Le Titien aboie et Le Caravage passe. »

« Il faut rendre à César ce qui est à cézigue. »

« Ton corps est tatoué. »

« La Bible ne fait pas le moine. »

« C’est gentil d’être velu. »

« Un homme se penche sur son basset. »

« Ôte-toi de là que je m’humecte. »

« Le mariage est une condamnation de drap commun. »

« Une partouze, c’est l’amour avec un gand tas. »

« Trop au lit pour être honnête. »

« Dieu est un vieux monsieur qui adore se faire prier. »

« Quand Dieu a pétri la Terre de ses mains sacrées, il a fait une belle boulette. »

Lenny BRUCE

Comique, scénariste, acteur et réalisateur américain (1925 - 1966)

« Franchement, je ne supporte pas les gens qui trouvent ça malin de prendre de la drogue… les douaniers, par exemple. »

« Si la patte de lapin porte vraiment bonheur, alors expliquez-moi ce qui est arrivé au lapin en question… »

« Il faut aimer ses ennemis. Ça les rend fous. »

« Si Jésus était mort il y a vingt ans, au lieu de croix, les enfants des écoles catholiques porteraient des petites chaises électriques autour de leur cou. »

Warren BUFFET

Homme d’affaires et investisseur américain (né en 1930)

« Investissez dans une affaire que même un imbécile pourrait diriger, car un jour un imbécile le fera. »

« Comparées aux prévisionnistes boursiers, les diseuses de bonne aventure ont fière allure. »

« Ne demandez jamais à un coiffeur si vous avez besoin d’une coupe de cheveux. »

« C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus. »

Pierre Henri CAMI

Pierre Louis Adrien Charles Henry Cami, humoriste français (1884 - 1958)

« L’optimiste est un homme qui s’abrite sous une fourchette le jour où il va pleuvoir des petits pois. »

« Comme je deviens sourd, je n’entendrai pas sonner ma dernière heure. »

« Etant donné que le temps n’est pas, pour moi, de l’argent, et que l’argent ne fait pas le bonheur, j’ai tout à gagner en perdant mon temps. »

« Souvent une évolution est une révolution sans en avoir l’R. »

« Les têtes de mort ont toujours l’air de rigoler parce que les morts rient de s’être pris au sérieux de leur vivant. »

« Petits métiers : accordeur de castagnettes, tailleurs de bavettes, broyeur de noir, paveur de lagunes, ramoneur de volcans, casseurs de faux cols. »

"Pardon, monsieur, aimez-vous les enfants ?
- Je n’en ai jamais mangé… mais enfin… avec plaisir…"

« Lu sur une tombe : Famille Picon. Regrets amers. »

« Dans « Le Petit Corbillard illustré » (devise : humour, délice et morgue) : Stage boulevard ossements, histoire de décrocher la tombale. »

"Le chalet que vous m’avez loué est entouré de crevasses.
- Mais c’est un chalet tyrolien ! Un trou là, un trou là, et un trou là itou !"

Léo CAMPION

Chansonnier et caricaturiste français (1905 - 1992)

« L’hermine, c’est tout blanc avec le bout de la queue noir alors que le ramoneur, c’est tout noir avec une grande échelle sur le dos. »

« Le chauffeur est, de loin, la partie la plus dangereuse de l’automobile. »

« L’hermaphrodisme est un vice de forme ou une forme de vice. »

« Dès qu’on dit feu Untel, c’est qu’Untel s’est éteint. »

« Ce serait une grave erreur de croire qu’une entremetteuse est une marchande d’entremets. »

« Dans Parlement, il y a parle et ment. »

« Un con est un imbécile qui n’a de cet organe ni la profondeur, ni la saveur. »

« Rhume : tempête sous narine. »

« Epitaphe : quelques vers sur beaucoup d’autres. »

« Frigidité : sexe aphone. »

Truman Garcia CAPOTE

Écrivain américain (1924 - 1984)

« C’est scientifiquement prouvé : pour chaque année passée à Hollywood, on perd deux points de QI. »

« Ce qu’il y a de bien avec la masturbation, c’est qu’on n’est pas obligé de s’habiller pour ça. »

François CARADEC

Écrivain et biographe français. Membre de L’Oulipo (né en 1924)

« Y a pas seulement cent ans, on mourait plus jeune de vieillesse. »

« Je vous assure que de ne pas avoir son permis de conduire, c’est une preuve de courage : on vous donne toujours la place du mort. »

« Ça m’a longtemps fait quèque chose de voir partir des gens de mon âge. Maintenant, je m’en fous, j’en ai fait mon deuil. »

Jim CARREY

James Eugene Carrey est un acteur, humoriste, scénariste et producteur de cinéma canado-américain (né en 1962)

« Afin de booster l’économie de notre pays, je propose de soumettre à l’impôt tous les étrangers vivant hors de nos frontières. »

« Cet endroit est rempli de célébrités. Je suis la seule personne ici dont je n’ai jamais entendu parler. »

« C’est un prêtre, un rabbin et un pasteur qui entrent dans un bar. Le barman demande : « C’est une blague ou quoi ? » »

Jean-Claude CARRIERE

Écrivain, scénariste, metteur en scène français (né en 1931)

« Il était si petit, qu’avec un radis dans le cul, les feuilles trainaient par terre. » (dialogue de Le retour de Casanova, 1992)

« Un enfant disait, pour parler du temps d’avant sa naissance : « Quand j’étais encore mort. » »

« Il faut savoir joindre l’agréable à l’agréable et se contenter de beaucoup. »

Anne-Marie CARRIERE

Anne-Marie Blanquart dite Anne-Marie CARRIERE, comédienne, humoriste et chansonnière française (1925 - 2006)

« L’époux est toujours le mâle nécessaire. »

« Demander à un amant d’être discret, c’est demander à un coq de ne pas chanter au lever du soleil. »

François CAVANNA

Écrivain et dessinateur humoristique français (né en 1923)

« Beethoven était si sourd que quand il écrivait de la musique il croyait faire de la peinture. »

« Les cons gagnent toujours. Ils sont trop. »

« Quand la tour de Pise penche vers la droite, c’est qu’il va pleuvoir. Quand elle penche vers la gauche, c’est que vous arrivez par l’autre bout de la rue. »

« Si Dieu était ovipare, il faudrait remplacer les crucifix par des coquetiers. »

« Donnez-moi un aller simple pour Lourdes, dit le cul-de-jatte. Je reviendrai à pied. »

« Ne fais pas à autrui ce que tu voudrais faire à sa femme. »

« Même les plus cons ont leur jour de gloire : leur anniversaire. »

« Si l’Administration militaire faisait correctement son travail, il n’y aurait pas de Soldat inconnu. »

« Lorsque vous posez un caméléon sur du tissu écossais, il vous fait un bras d’honneur. »

« Quand les hirondelles volent bas, les souris dansent parce qu’elles se sont trompées de proverbe. »

« Les seules créatures qui s’accouplent en se faisant face sont l’homme et le sandwich au pâté. »

« Un homme qui meurt par noyade revit en un éclair de seconde toute sa vie passée alors qu’il ferait mieux de nager. »

« En bouchant avec soin tous les trous d’une passoire on obtient une jolie casserole. »

« Quand on pend un raciste il devient tout noir. »

Coco CHANEL

Gabrielle Chasnel dit Coco CHANEL, styliste et créatrice de mode (1883 - 1971)

« La mode c’est ce qui se démode. »

« A trente ans, une femme doit choisir entre son derrière et son visage. »

« Montrer les cuisses, oui… mais les genoux, jamais ! »

« Une femme sans parfum est une femme sans avenir. »

Achille CHAVÉE

Aphoriste et poète belge de langue française (1906 - 1969)

« Les hommes possèdent le triste privilège de posséder des casernes, des jardins zoologiques, des Eglises, et des prisons. »

« Quand on sort d’un pénitencier on se réfugie plus volontiers dans un bordel que dans une cathédrale. »

« Tout croyant se masturbe dans sa propre sacristie. »

« On découvre aisément en Dieu des signes graves d’anthropomorphisme. »

« Dieu est un fils à papa. »

Michel CHRESTIEN

Journaliste et humoriste (1915 - 1991)

« La santé, c’est d’avoir mal tous les jours à un endroit différent. »

« Contre la mauvaise haleine, un seul remède : le téléphone ! »

« La stratégie consiste à continuer de tirer pour faire croire à l’ennemi qu’on a encore des munitions. »

« Le pessimiste : - Décidément, ça ne peut aller plus mal ! L’optimiste : - Mais si ! Mais si ! »

Georges Benjamin CLÉMENCEAU

Journaliste et homme politique français (1841-1929)

« Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves. »

« La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires. »

« Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés. »

« Les dictatures militaires sont comme le supplice du pal : elles commencent bien, mais elles finissent mal. »

« Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier. »

« L’Angleterre est une ancienne colonie française qui a mal tourné. »

« L’anglais, ce n’est jamais que du français mal prononcé. »

« Pendant sa carrière militaire, il a souvent eut des couilles au cul… - Mais il faut bien avouer que ce n’était pas toujours les siennes !… »

« Tout le monde peut faire des erreurs et les imputer à autrui : c’est faire de la politique. »

« On ne ment jamais autant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse. »

« Les fonctionnaires sont les meilleurs maris : quand ils rentrent le soir à la maison, ils ne sont pas fatigués et ont déjà lu le journal. »

« Un ministère est un lieu où les fonctionnaires qui arrivent en retard croisent ceux qui partent en avance. »

"De bons oeufs à la coque
Voilà belle coquette
Étant un très bon coq
Puis-je être la mouillette."

Jean COCTEAU

Graphiste, dessinateur, auteur de théâtre, cinéaste et poète, français (1889 - 1963)

« Un général ne se rend jamais, même à l’évidence. »

« Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif, et son futur est toujours conditionnel. »

« La mode, c’est ce qui se démode. »

« La mort ne m’aura pas vivant. »

« Le tact dans l’audace c’est de savoir jusqu’où on peut aller trop loin. »

« Les plus belles robes sont portées pour être retirées. »

« Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images. »

« Les enfants, il vaut mieux les réussir, sinon ils ne vous ratent pas. »

« Un enfant prodige est un enfant dont les parents ont beaucoup d’imagination. »

« Un chef-d’oeuvre de la littérature n’est jamais qu’un dictionnaire en désordre. »

« Un académicien, c’est un homme qui, à sa mort, se change en fauteuil. »

« A une dame qui me demandait une explication j’ai répondu : « Expliquez-moi votre chapeau. » »

COLUCHE

Michel Gérard Joseph Colucci dit COLUCHE, humoriste et comédien français (1944 -1986)

« Y’a pas de quoi crâner avec le tennis c’est pareil que le ping-pong, sauf qu’ils sont debout sur la table. »

« Je suis ni pour ni contre. Bien au contraire. »

« J’ai un copain qui a fait un mariage d’amour. Il a épousé une femme riche. Il aimait l’argent. »

« La bigamie, c’est quand on a deux femmes ; et la monotonie, c’est quand on n’en a qu’une ! »

« C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers. »

« On ne peut pas dire la vérité à la télé : il y a trop de monde qui regarde. »

« Il faut cueillir les cerises avec la queue. J’avais déjà du mal avec la main ! »

« Je ferais admirablement remarquer aux hommes politiques qui me prennent pour un rigolo que ce n’est pas moi qui ai commencé. »

« Les psychiatres, c’est très efficace. Moi, avant, je pissais au lit, j’avais honte. Je suis allé voir un psychiatre, je suis guéri. Maintenant, je pisse au lit, mais j’en suis fier. »

« L’humour a toujours été contre le pouvoir, quel que soit le régime. »

« Le jour où la merde vaudra de l’or, les pauvres naîtront sans trou du cul. »

« Le travail, c’est bien une maladie, puisqu’il y a une médecine du travail. »

« Le mois de l’année où le politicien dit le moins de conneries, c’est le mois de février, parce qu’il y a que vingt-huit jours. »

« La moitié des hommes politiques sont bons à rien. Les autres sont prêts à tout. »

« La dictature c’est « Ferme ta gueule ! » La démocratie c’est « Cause toujours ! » »

« Jean-Marie Le Pen dépasse les borgnes. À la télé, il fait Führer. Il n’a pas de sang arabe. Ou alors sur son pare-choc, peut-être… »

« Marchais, c’est l’almanach Vermot ! Le Pen c’est l’almanach Wehrmacht ! »

« Qu’est-ce qu’un quatuor en URSS ? C’est un orchestre symphonique qui revient des États-Unis. »

« En Écosse, un homme a été arrêté pour attentat à la pudeur… parce qu’il s’épongeait le front avec son kilt. »

« Je me promène toujours la braguette ouverte. Des fois qu’il faudrait que je compte jusqu’à 11. »

« Y a pas de grands, y a pas de petits. La bonne longueur pour les jambes, c’est quand les pieds touchent par terre. »

« Si on voulait me donner la légion d’honneur, j’irais la chercher en slip pour qu’ils ne sachent pas où la mettre. »

« Mon père est allé à Lourdes, il ne lui reste plus que Lisieux pour pleurer. »

« Ce qu’il y a de mieux dans le lait des mamans, c’est l’emballage. »

Jean Louis Auguste COMMERSON

Écrivain, journaliste et auteur dramatique français (1802 - 1879)

« J’ai dîné hier avec une femme et un bœuf à la mode. »

« Plus un peuple est léger, plus il est facile à soulever. »

« C’est toujours par la faim que commence un bon repas. »

« Il y a cette différence entre un cornichon et un mari que l’un se confit dans son entier et l’autre dans sa moitié. »

« Quand je mange des glaces , cela me fait réfléchir. »

« Quand on abuse du liquide on ne reste pas longtemps solide. »

« J’aimerais mieux être général à l’armée qu’alarmé en général. »

« Ma cuisinière aime mieux l’Ave Maria que laver la vaisselle. »

« J’aime mieux mon thé à la crème que monter à l’échafaud. »

"Petites annonces :
À vendre cinq bans, dont deux de mariage et trois en chêne.
À échanger un cornet à dragées contre un à piston."

« J’aimerais mieux aller hériter à la poste que passer à la postérité. »

« J’aime mieux une cruche qui soit bonne qu’une bonne qui soit cruche. »

« J’aime mieux des cendres de cigare qu’en parachute. »

Georges COURTELINE

Georges Victor Marcel Moinaux dit Georges COURTELINE, romancier et dramaturge français (1858-1929)

« Il est exact que ça porte malheur de se marier un vendredi 13, car il n’y a pas de raison pour que ce jour fasse exception. »

« J’ai connu une femme qui voulait divorcer pour ne pas rester l’épouse d’un mari trompé. »

« Il y a deux sortes de mariages : le mariage blanc et le mariage multicolore parce que chacun des deux conjoints en voit de toutes les couleurs. »

« Il y a deux sortes de femme : celles qui commandent et celles qui n’obéissent pas. »

« La plupart des histoires que l’on déclare d’amour arrivent à des gens qui se sont montrés leur derrière alors qu’ils n’en avaient pas le droit. »

« Je ne vais pas à la messe car elle est à l’heure de l’apéritif. »

« Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. »

« L’homme n’est pas fait pour travailler. La preuve, c’est que ca le fatigue. »

« Seuls les idiots n’ont pas de doute. - Vous en êtes sûr ? - Certain. »

« Le Christ a pardonné à la femme adultère. Parbleu ! ce n’était pas la sienne. »

« Si ma femme doit être veuve un jour, j’aime autant que ce soit de mon vivant. »

Pierre DAC

André Isaac dit Pierre DAC, humoriste et comédien français (1893 - 1975)

« Le chemin le plus court d’un point à un autre est la ligne droite, à condition que les deux points soient bien en face l’un de l’autre. »

« Ce n’est pas parce qu’en hiver on dit « fermez la porte, il fait froid dehors », qu’il fait moins froid dehors quand la porte est fermée. »

« Pourquoi faire semblant d’avoir l’air de travailler ? C’est de la fatigue inutile. »

« Le crétin prétentieux est celui qui se croit plus intelligent que ceux qui sont aussi bête que lui. »

« Né à Delhi, de petite taille et d’un caractère paisible, c’était un nain doux. »

« Les bons crus font les bonnes cuites. »

« Si ma tante en avait ce serait mon oncle, et si mon oncle en était ce serait ma tante. »

« De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme. »

« Plus un citron est pressé, plus il se dépêche… »

« Quand nous saurons une bonne fois d’où nous venons et où nous allons, nous pourrons alors savoir où nous en sommes. »

« L’élan du coeur n’a rien à voir avec l’élan du Grand Nord. »

« Je me suis souvent demandé ce qui peut bien différencier une bonne grippe d’une mauvaise. »

« Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. »

« Ce qui n’est ni fait ni à faire doit être fait. »

« Un concerné n’est pas forcément un imbécile en état de siège pas plus qu’un concubin n’est obligatoirement un abruti de nationalité cubaine. »

« Un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru. »

« Les femmes de moeurs légères ont parfois la tâche lourde avec les hommes de poids. »

« Il est préférable d’être ailleurs lorsqu’autre part n’est plus ici. »

« Pour voir loin, il faut y regarder de près. »

« Un mauvais pli est vite pris. Surtout quand il est recommandé. »

« Le véritable et authentique athée est celui qui croit fermement et dur comme fer que Dieu lui-même ne croit pas en lui. »

« Il vaut mieux qu’il pleuve un jour comme aujourd’hui plutôt qu’un jour où il fait beau. »

« Sujet de thèse : le slip à pont-levis depuis Henri III jusqu’à vendredi prochain. »

« Patronymes : Isabelle Hélabète, Paméla Cheleme, Noémi Nestrone, Prosper Defaisse, Élie Koptère, Théo Courant. »

« Petites annonces de « L’os à moelle » :
On demande cheval sérieux connaissant bien Paris pour faire livraisons seul.
Professeur bègue donne répétitions.
On cherche d’urgence personne ayant des vapeurs pour faire marcher locomotive.
Mosaïste myope cherche place de paveur.
Monsieur ayant gros chagrin achèterait console.
Recherche deux hommes de paille, un grand et un petit, pour tirage au sort.
Club de voyous embauche dactylos. Petites frappes acceptées.
Astronaute recherche femme lunatique.
Artificier cherche femme canon.
Sourd rencontrerait sourde pour trouver terrain d’entente.
Jeune homme désintéressé épouserait jeune fille laide même fortunée.
Abeille épouserait frelon. Lune de miel assurée.
Metteur en scène cherche nain pour rôle dans court métrage.
Cannibale mélomane cherche travail dans opéra-bouffe.
Offre bonne place de gardien de vaches. Paiement par traites.
Inventeur produit amaigrissant cherche grossiste.
Cause fausse alerte, vends cercueil en ébène, jamais servi.
Chien à vendre : mange n’importe quoi. Adore les enfants.
A vendre robe de mariée portée une seule fois par erreur.
Souffrant d’insomnie, j’échangerais un matelas de plumes contre un sommeil de plomb.
Échangerais voiture de sport endommagée contre chaise roulante en bon état.
Athée récent échangerait bon Dieu vivant contre bon vieux divan. »

Salvador DALI

Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí Domènech, dit Salvador DALI, peintre surréaliste catalan (1904 - 1989)

« Je suis pratiquant, mais pas croyant. »

« Comme les homards, les jeunes filles ont l’extérieur exquis. Comme les homards, elles rougissent quand on veut les rendre comestibles. »

« L’activité paranoïaque critique est une force organisatrice et productrice de hasard objectif. »

« La révolution russe, c’est la révolution française qui arrive en retard, à cause du froid. »

« Le moins que l’on puisse demander à une sculpture, c’est qu’elle ne bouge pas. »

Frédéric DARD

Frédéric Charles Antoine Dard, écrivain français (1921 - 2000)

« Mon Dieu, que votre volonté soit fête ! »

« Les poètes comptent leurs pieds avec leurs doigts. »

« Ah ! Si les hommes voulaient s’aider ! Ah ! Si les femmes voulaient céder ! »

« Un piéton est un monsieur qui va chercher sa voiture. »

« Les femmes, c’est comme les artichauts : le coeur est sous les poils. »

« Un mariage est soit une corne d’abondance, soit une abondance de cornes. »

« La musique d’aujourd’hui adoucit les moeurs et rend sourd. »

« Le cercle n’est qu’une ligne droite revenue à son point de départ. »

« Dieu a fait le monde en cinq jours. Ensuite il a fait le con. »

« C’est à la culotte de ses filles qu’on juge un pays. »

« À Londres, il n’y a aucune différence entre la vitrine d’un marchand d’abat-jour et celle d’une modiste. »

« Je me demande si la mort vaut vraiment le coup d’être vécue. »

« Le sexe masculin est ce qu’il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulève. »

« Quand je pense à tout ce que Dieu m’a fait ! À commencer par moi ! »

« La poubelle est le meilleur des accessoires de rangement. »

« La légion d’honneur ? A partir d’un certain âge, il faut disposer d’un sacré piston pour ne pas l’avoir. »

Pierre DESPROGES

Humoriste français (1939 - 1988)

« Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d’entraînement, on peut arriver à en faire des militaires. »

« Au paradis, on est assis à la droite de Dieu. C’est normal, c’est la place du mort. »

« Il était tellement obsédé qu’à la fin il sautait même des repas. »

« Et puis nos coutumes divergent, et divergent c’est énorme. »

« L’accouchement est douloureux. Heureusement, la femme tient la main de l’homme. Ainsi, il souffre moins. »

« On reconnaît le rouquin aux cheveux du père et le requin aux dents de la mère. »

« Et puis quoi, qu’importe la culture ? Quand il a écrit Hamlet, Molière avait-il lu Rostand ? Non. »

« Un gentleman, c’est quelqu’un qui sait jouer de la cornemuse et qui n’en joue pas. »

« Quand un philosophe me répond, je ne comprends plus ma question. »

« Quant à ces féroces soldats, je le dis, ce n’est pas pour cafter, mais y font rien qu’à mugir dans nos campagnes. »

« Je suis sûr qu’il y a plus d’humanité dans l’œil d’un chien quand il remue la queue que dans la queue de Le Pen quand il remue son œil. »

« Mesdames, pour rester belles, suicidez-vous à 39 ans et demi. »

« Je suis un gaucher contrariant. C’est plus fort que moi. Il faut que j’emmerde les droitiers. »

« Le jour de la mort de Brassens, j’ai pleuré comme un môme, le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris des moules. »

« L’âge mûr, c’est la période de la vie qui précède l’âge pourri. »

« Saint-Antoine de Padoue, dix de retrouvées. »

« Quand quarante personnes s’habillent comme un con, c’est l’Académie Française. Quand mille personnes s’habillent comme un con, c’est l’armée française… L’été ils forment un conglomérat de fourmis, ténu et continu, de Calais à Hendaye et de Port-Vendres à Nice. D’où l’expression « être un peu con sur les bords »… »

« Les Bordelais sont laids alors que leur femme sont girondes. »

« Sans pile, on perd la face. »

« L’intelligence c’est comme un parachute, si t’en as pas tu t’écrases. »

« Quand on voit ce que les pigeons ont fait sur ce banc, il faut remercier Dieu de ne pas avoir donné des ailes aux vaches. »

« On ne m’ôtera pas de l’idée que, pendant la dernière guerre mondiale de nombreux Juifs ont eu une attitude carrément hostile à l’égard du régime nazi. »

« C’est la faute au malaise des jeunes si, après trois années de fac et 7 ans de lycée, ils croient encore que le Montherlant est un glacier Alpin, Boris Vian un dissident soviétique, Sartre le chef-lieu de la rillette du Mans. »

« Attention, un suspect pour un flic ce n’est pas forcément un Arabe ou un jeune, là, par exemple, c’était un nègre. »

« Dieu, hostie ou pas, est un plat qui se mange froid. »

« Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. »

« L’amour… il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font. À partir de quoi il m’apparaît urgent de me taire. »

« Une vie sans publicité, c’est aussi absurde qu’un poisson sans bicyclette.  »

« Dieu ? Ca fait longtemps que j’ai fait une croix dessus. »

Raymond DEVOS

Humoriste français (1922 - 2006)

« Le vrai xénophobe est celui qui déteste à ce point les étrangers que, lorsqu’il va dans leur pays, il ne peux pas se supporter. »

« Quand on s’est connus, ma femme et moi, on était tellement timides tous les deux qu’on n’osait pas se regarder. Maintenant, on ne peut plus se voir. »

« Le flux et le reflux me font »marée« . »

« Il m’est arrivé de prêter l’oreille à un sourd. Il n’entendait pas mieux. »

« L’autre jour, au café, je commande un demi. J’en bois la moitié. Il ne m’en restait plus. »

« Lorsqu’un chêne sent le sapin, il sait que sa dernière heure est arrivée. »

« Une fois rien, c’est rien ; deux fois rien, ce n’est pas beaucoup, mais pour trois fois rien, on peut déjà s’acheter quelque chose, et pour pas cher. »

« Chaque fois que mon percepteur revenait, je payais un impôt sur le revenu. »

« Une rengaine, c’est un air qui commence par vous entrer par une oreille et qui finit par vous sortir par les yeux. »

« Je n’aime pas être chez moi. A tel point que lorsque je vais chez quelqu’un et qu’il me dit : »Vous êtes ici chez vous« , je rentre chez moi ! »

« Je préfère glisser ma peau sous des draps pour le plaisir des sens que de la risquer sous les drapeaux pour le prix de l’essence. »

« Devant un sex-shop, il y avait un type. Il était là, il tambourinait sur la vitre, il disait : « C’est un véritable scandale ! Retirez-moi ça tout de suite ! » Alors le vendeur est sorti, il a dit : « Retirer quoi ? » Et l’autre a dit : « Retirez la buée. On ne voit rien ! » »

Pierre DORIS

Pierre Léon Tugot dit Pierre DORIS, comédien et humoriste français (né en 1919)

« Ma femme m’a quitté quand je lui ai dit que ses bas faisaient des plis. Et justement, ce jour-là, elle ne portait pas de bas. »

« J’ai raté mes deux mariages. Ma première femme est partie ; la seconde est restée… »

« Tous les matins, j’apporte à ma femme le café au lit. Elle n’a plus qu’à le moudre. »

« Les morts ont de la chance ; ils ne voient leur famille qu’une fois par an, à la Toussaint. »

« Aux dernières étrennes, j’ai offert une chaise à ma belle-mère. Aux prochaines, je la ferai électrifier. »

« J’ai connu un teinturier qui est mort à la tâche. »

« C’est très beau un arbre, dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse. »

« Ah ! ma femme, si vous saviez, c’est un ange ! - - Félicitations ! La mienne est encore en vie. »

« Ne vous tuez pas au boulot ; achetez un revolver, c’est moins fatigant. »

« La tolérance, c’est quand on connaît des cons et qu’on ne dit pas les noms. »

Maurice DRUON

Maurice Kessel dit Maurice DRUON, écrivain français (né en 1918)

« Le képi déforme la tête. »

« Les hommes politiques mesurent leur pouvoir au nombre des faveurs qu’on vient leur demander. »

Albert EINSTEIN

Physicien allemand (1879 - 1955)

« Il y a deux choses d’infini au monde : l’univers et la bétise humaine….mais pour l’univers j’en suis pas très sûr »

Léon Paul FARGUE

Poète et écrivain français (1876 - 1947)

« J’adore les huîtres : on a l’impression d’embrasser la mer sur la bouche. »

« Le métier de croque-mort n’a aucun avenir. Les clients ne sont pas fidèles. »

« La pensée, oui, dans une belle chair. »

Edgar FAURE

Homme politique français (1908 - 1988)

"- Moi je n’ai pas d’opinions.
- Alors prenez les miennes."

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. »

W.C. FIELD

William Claude Dukenfield dit W.C. Field, jongleur, humoriste, scénariste et acteur américain (1880 - 1946)

« C’est une femme qui m’a poussé à boire. Je n’ai jamais eu la politesse de la remercier. »

« Si je bois, c’est pour rendre les autres intéressants. »

« Si le clown est triste, c’est tout simplement parce qu’il est mal payé. »

« Plus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer. »

« Lorsqu’un humoriste déclenche des rires imprévus, sa première réaction est de vérifier si sa braguette est ouverte. »

« Les résolutions prises lors des campagnes électorales ne sont rien d’autres que l’agrandissement de celles que l’on prend au Nouvel An. »

« Le secret de ma bonne santé, c’est ma tempérance. Je n’ai ni bu d’alcool ni fumé le cigare avant l’âge de neuf ans. »

« Si vous coupez ses pattes à une puce et que vous lui criez : « Saute ! », elle ne saute pas. Donc, si on coupe les pattes d’une puce, elle devient sourde. »

« Les chevaux ont un bon sens qui les dissuade d’engager des paris sur les humains. »

« Tous les hommes portaient la barbe dans ma famille, et la plupart des femmes aussi. »

Gustave FLAUBERT

Écrivain français (1821 - 1880)

« Erection : Ne se dit qu’en parlant des monuments. »

« Les femmes des uns font le bonheur des autres. »

« A un certain âge, les deux bras d’un fauteuil vous attirent plus que les deux bras d’une femme. »

« Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez ; mon cul vous contemple. »

« Le superflu est le premier des besoins. »

« Les femmes se défient trop des hommes en général et pas assez en particulier. »

« Châtaigne : femelle du marron. »

« Langouste : femelle du homard. »

« Prêtres : couchent avec leurs bonnes, et en ont des enfants qu’ils appellent leurs neveux. »

Claude FRISONI

Écrivain, acteur, régisseur et directeur culturel français (né en 1954)

« Dieu est un étrange berger, qui attend de ses agneaux qu’ils soient dévots »

« Tous les hommes sont égaux, il faut quand même battre le frère quand il est faux. »

« Les grands hommes sont soucieux d’éthique, les petits d’étiquette. »

« Les hommes politiques feraient bien d’écouter nos voix, avant de les compter. »

« C’est leur ego qui empêche les hommes d’être égaux. »

« Mieux vaut avoir un compte en Suisse qu’un contentieux. »

« On a raison de dire “con comme la lune”. La lune est tellement con qu’elle croit que la terre est son satellite. »

« C’est le temps passé dans les salles d’attente qui fait des malades des patients. »

« Il faut sourire pour être belle. »

« La nuit, l’ennui nuit. »

« Mieux vaut un temps d’été stable, plutôt qu’un temps détestable. »

« Plus le monde se mondialise, plus la terre se terrorise. »

Philippe GELUCK

Artiste belge, créateur de Le Chat, personnage de bande dessinée (né en 1954)

« Chaque minute en Amazonie, on déboise l’équivalent de 60 terrains de football. C’est un peu idiot, il n’y aura jamais assez de joueurs. »

« Plus je grossis et plus je m’aigris. »

« Les jeunes, c’est tous des bons-à-rien . Et ça devient pire avec l’âge. »

« Il paraît que même à Monaco les rues ne sont plus sûres. Les milliardaires n’osent plus sortir le soir… Il y a des millionnaires qui rôdent. »

« Le coup du lapin ça doit être terrible chez la girafe. »

« Se suicider, c’est essayer de mourir de son vivant. »

« Nous savions que la publicité ciblait les imbéciles. Je découvre que ça marche aussi auprès des abrutis profonds. »


« Dans le passé, il y avait plus de futur que maintenant. »

« Contrairement aux chasseurs qui, eux, ne sont pas des lapins, les pollueurs, eux, sont des ordures. »

« Dieu a créé l’homme. Et ensuite, pour le remercier, l’homme a créé Dieu. »

« Les tongs, ce sont les strings des pieds. »

« Les lois de l’humour sont très sévères : on ne peut pas se moquer des victimes, des noirs, des homos, des musulmans, des juifs, des handicapés… moi je dis : de qui se moque t-on ? »

« Ce qu’on est arrivé à faire avec le téléphone sans fil, est-ce qu’on va le réussir un jour avec les haricots ? »

« Si ma femme ouvrait un bistrot, elle me verrait plus souvent. »

« J’espère que le fond de la mer est étanche… »

« Je suis content de ma bagnole, peut-on appeler ça de l’auto-satisfaction ? »

« Le rire est le propre de l’homme, le savon aussi… »

« La différence entre la chasse et la guerre, c’est qu’à la chasse on ne fait pas de prisonniers. »

« Le mot « long » est plus court que le mot « court », c’est dingue non ? »

« Un joueur d’échecs c’est comme de la peinture, s’il n’est pas brillant il est mat. »

« Ce qu’il y a de réconfortant dans le cancer, c’est que même un imbécile peut attraper une tumeur maligne. »

« Entre ma femme et moi le partage des tâches ménagères est équitable, c’est moi qui les fait, c’est elle qui les nettoie. »

« Quitte à être réincarné, autant que ce soit en moi, comme ça mes vêtements pourront resservir. »

« Les contractuelles ont souvent les yeux en amende. »

« Il vaut mieux se tromper et le reconnaître que ne pas se tromper et le nier ! Je me trompe ? »

« A l’école, en algèbre, j’étais du genre Einstein. Mais plutôt Franck qu’Albert. »

« Si les lentilles vous font péter, portez des lunettes. »

« Le passé m’effraie, l’avenir me fait peur. Heureusement qu’il y a le présent. »

« Je suis pour le partage des tâches ménagères. A la maison, par exemple, c’est moi qui passe l’aspirateur… à ma femme. »

« Si les moustiques étaient des abeilles, ils ramèneraient du sang à la ruche et la reine ferait du boudin. »

« Un journal coupé en morceau, ça n’intéresse aucune femme. Par contre, une femme coupée en morceau, ça intéresse tous les journaux. »

« Un chef d’orchestre a son utilité. C’est quand il arrête de remuer les bras que les sourds savent qu’ils peuvent applaudir. »

Terry Vance GILLIAM

Acteur, dessinateur, scénariste et réalisateur de cinéma américain, membre des Monty Python (né en 1940)

« Lorsque Beethoven devint sourd, son perroquet se dirigea vers le mime. »

Françoise GIROUD

Née Lea France Gourdji, journaliste, écrivain et femme politique française (1916 - 2003)

« La femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente. »

« Les hommes ont toujours eu beaucoup de courage pour supporter les malheurs des femmes. »

« La féminité n’est pas une incompétence. Elle n’est pas non plus une compétence. »

« Le foot, c’est la guerre sans morts. »

« Vivre sans téléphone portable, vous imaginez le supplice ? »

« Les footballeurs n’ont plus de nationalité. Ils n’ont que des clubs qui ont plus ou moins d’argent pour les acheter. »

GOTLIB

Marcel Gotlieb, dessinateur et scénariste de bande dessinée, créateur du magazine « Fluide Glacial », français (né en 1934)

« La critique est aisée mais le lard est difficile. »

« Si goret su, goret pas venu. »

« Qui vivra verrat. »

« Ne fais pas aux truies ce que tu ne voudrais pas qu’on te fis. »

« Je ne groin que ce que je voins. »

« God save the couenne. »

Sacha GUITRY

Alexandre Georges-Pierre Guitry dit Sacha GUITRY, comédien, auteur de pièces de théâtre, metteur en scène, dialoguiste, scénariste et réalisateur de cinéma, français, (1885 - 1957)

« Je suis contre les femmes, tout contre. »

« Il y a deux sortes de femmes : celles qui sont jeunes et jolies et celles qui me trouvent encore bien. »

« Les femmes sont faites pour être mariées et les hommes pour être célibataires. De là vient tout le mal. »

« Deux femmes qui s’embrassent me feront toujours penser à deux boxeurs qui se serrent la main. »

« Il y a des femmes qui se jettent à votre cou comme elles se lancent à la tête d’un cheval… Pour vous faire croire que vous êtes emballé. »

« Sur l’existence de Dieu, la moindre apparition sera la bienvenue. »

« Le célibat ? On s’ennuie. Le mariage ? On a des ennuis. »

« Le bonheur à deux, ça dure le temps de compter jusqu’à trois. »

« Les avocats portent des robes pour mentir aussi bien que les femmes. »

« Il faut dépenser quand on est jeune l’argent qu’on aura quand on sera vieux. »

« Le mariage c’est résoudre à deux les problèmes qu’on n’aurait pas eus tout seul. »

« Les hommes n’ont que ce qu’ils méritent. Les autres sont célibataires ! »

« Un livre de cuisine, ce n’est pas un livre de dépenses, mais un livre de recettes. »

« Le premier janvier est le seul jour de l’année où les femmes oublient notre passé grâce à notre présent. »

« Le tango, je me demande pourquoi ça se danse debout ! »

« Si les hommes aiment les femmes silencieuses, c’est parce qu’ils sont persuadés qu’elles les écoutent. »

« C’est une erreur de croire qu’une femme peut garder un secret. Elles le peuvent, mais elles s’y mettent à plusieurs. »

« Le meilleur moyen de faire tourner la tête à une femme, c’est de lui dire qu’elle a un joli profil. »

« Je vais donc enfin vivre seul ! Et, déjà, je me demande avec qui. »

« C’est entre trente et trente et un ans que les femmes vivent les dix meilleures années de leur vie. »

« Je suis en faveur de la coutume qui veut qu’un homme baise la main d’une femme la première fois qu’il la voit. Il faut bien commencer par un endroit quelconque. »

« Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d’eux, ils en diraient bien davantage. »

Vincent HAUDIQUET

Écrivain, journaliste et statisticien français, collaborateur du magazine « Fluide Glacial » ( né en ?)

« Le magicien distrait se reconnaît au lapin qu’il a sur la tête. »

« La dinde aux marrons est plus facile à digérer qu’à apprivoiser. »

« C’est une plante carnivore si vieille qu’elle porte un dentier. »

« Méfiez-vous des logiciels de traitements de texte dont la documentation est manuscrite. »

« Si j’était riche, tous les matins j’irais chier en Suisse. »

Édouard HERRIOT

Homme politique français (1872 - 1957)

« La politique, c’est comme l’andouillette : ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop. »

« Cette femme est honnête : depuis qu’elle a pris des amants, elle ne les a jamais trompés avec son mari. »

« Il y a deux choses qui ne supportent pas la publicité, c’est la police et l’amour. »

« La grande supériorité de l’examinateur est de se trouver du bon côté de la table. »

« La politique est un chapitre de la météorologie. La météorologie est la science des courants d’air. »

« Il n’y a pas d’amitié possible entre deux hommes politiques, au moins dans le même parti. »

Dustin HOFFMAN

Acteur américain (né en 1937)

« J’ai vu un film porno juif : une minute de sexe pour neuf minutes de culpabilité. »

Bob HOPE

Acteur et humoriste américain (1903 - 2003)

« Vous commencez à vous rendre compte que vous vieillissez quand les bougies coûtent plus cher que le gâteau. »

« Les gens qui envoient des baisers sont de sacrés paresseux. »

« Je fais des dons à toutes les religions. Je détesterais gâcher mon au-delà pour un détail technique. »

« Je ne comprends pas pourquoi les gens en veulent autant au gouvernement ; il n’a pourtant rien fait. »

" - Vous avez vu Gorge profonde ?
- Oui. Je pensais que c’était l’histoire d’une girafe."

« Le golf est un jeu qui prolonge sans raison la vie de certain de nos concitoyens les plus inutiles. »

« À 60 ans ma grand-mère a commencé à marcher tous les jours trois kilomètres. Aujourd’hui elle a 97 ans et Dieu sait où elle est rendue ! »

Victor HUGO

Écrivain, poète, dramaturge, homme politique français (1802-1885)

"- Du coté de la barbe est la toute puissance.
- Où placez-vous la barbe ? "

« La presse a succédé au catéchisme dans le gouvernement du monde. Après le pape, le papier. »

André IGWAL

Auteur français de bandes dessinées, collaborateur du magazine « Fluide Glacial » ( ? - 2001)

« Le tréma : de la neige à Noël. »

« Prendre un malin plaisir à écrire Tour de Pise en italique. »

« Accordons nos violon. »

« Dagobert a mis sa ettoluc. »

« Caméléon peut s’écrire Kaméléon, Quaméléon, Camée-Léon selon la phrase où il se trouve. »

« Les analphabètes se croient inalphabètes. »

« Etre militant, c’est limitant. »

« De mémoire d’ornithologue, on a jamais vu une mouette rieuse nicher dans un saule-pleureur. »

« Dans les western-spaghetti, l’hémoglobine est du ketch-up. »

« Maître Alain d’Aix, censeur. »

« La satire et la caricature sont les deux mamelles de l’humour vache. »

Jerome K. JEROME

Jerome Klapka Jerome dit Jerome K. JEROME, écrivain anglais (1859 - 1927)

« Pensez au type qui, le premier a goûté une saucisse de Francfort. »

« Ne rien faire n’est vraiment agréable que si l’on a beaucoup de travail en retard. »

« J’aime le travail : ça me fascine. Je peux rester assis à regarder ça pendant des heures. »

Cédric KLAPISCH

Réalisateur, acteur, scénariste français (né en 1961)

« La mode c’est ce qui permet d’être différents tous en même temps. » (Dialogue du film « Riens du tout », 1991)

Grégoire LACROIX

Auteur de polars surréalistes, journaliste, poète et parolier (né en 1933), extraits de Les Euphorismes de Grégoire et Les Nouveaux Euphorismes de Grégoire, Max Milo Editions, Paris 2006 et 2009, 12 €.

Editions Max Milo

« Une croix vue de profil perd beaucoup de son intérêt. »

« La détente je suis pour, d’ailleurs j’ai toujours le doigt dessus. »

« Quand on n’a plus rien à se dire on parle de communication. »

« Lever le coude est la meilleure façon de ne pas baisser les bras. »

« La où le cul-de-jatte a pied, ne plonge pas la tête la première. »

« Un eunuque décapité ça n’a ni queue ni tête. »

« À force de me planter je vais bien finir par pousser. »

« On ne meurt pas d’une overdose de rêve. »

« Si le temps vous semble long, prenez-le dans le sens de la largeur. »

« La mauvaise foi est une spécialité féminine ; d’ailleurs, tous les hommes sont d’accord là-dessus. »

« Grâce à des siècles de civilisation, l’humanité est passée de l’homme en pagne à la femme en string. »

« Les tout derniers stades de l’évolution humaine sont des stades de foot. »

« On s’ennuie toujours dans une exposition canine : y a pas un chat. »

Grimod de LA REYNIÈRE

Alexandre Balthazar Laurent Grimod de LA REYNIÈRE, avocat, célèbre gastronome (1758 - 1838)

« On mangerait son propre père à cette sauce-là. »

« Treize à table n’est à craindre qu’autant qu’il n’y aurait à manger que pour douze. »

Gabriel de LAUTREC

Écrivain français, cousin du peintre Henri de Toulouse-Lautrec (1867 - 1938)

« Il vaut encore mieux du mauvais temps que pas de temps du tout ! »

« J’entends bien que je pourrais devenir sourd, je sens bien que je pourrais perdre l’odorat, mais je ne me vois pas devenir aveugle. »

« Un jeu de mots est comme une paire de chaussures ; quand il est usé, on le ressemelle et il fait encore bon profit. »

« J’ai été secrétaire de Paul Fort, dit l’un de ses personnages. On m’a remercié parce qu’un jour j’avais laissé une parenthèse ouverte toute la nuit. »

Vers holorimes : ce sont des vers qui sont phonétiquement semblables :
À Lesbos, à Tyr, l’évangile est appris.

« Ah ! Laisse, beau satyre, l’Eve en gilet t’a pris. »



As et saouls vantent au Lycée Janson de Sailly ;

« Assez souvent au lit ces gens sont de saillie. »



Appelons Nicéphore aux attraits ordonnés

« A Paul honni, c’est fort, osa trésor donner. »

Stephen Butler LEACOCK

Écrivain et économiste canadien (1869 - 1944)

« On peut dire tout ce qu’on voudra sur la vieillesse. Ca vaut mieux que d’être mort. »

« La publicité, c’est la science de stopper l’intelligence humaine assez longtemps pour lui soutirer de l’argent. »

« Evitez soigneusement de faire du sport : il y a des gens qui sont payés pour ça. »

Thierry LE LURON

Imitateur, chanteur, animateur de radio, français (1952 - 1986)

« Je suis pour l’égalité des sexes, je prendrai moi-même les mesures. »

« Le plus dur en France, c’est de devenir chômeur. Avant il suffisait de rater son certificat d’études, maintenant il faut avoir le bac, la licence, l’agrégation. »

« Je dis « vous » à mon impresario. Avec l’argent qu’il me prend, j’ai toujours cru qu’ils étaient deux. »

« Alice Sapritch a voulu donner son corps à la science, mais la science a refusé. »

Georg Christoph LICHTENBERG

Philosophe, écrivain et physicien allemand (1742 - 1799)

« Il dit des choses si sottes qu’on peut s’étonner qu’il le fasse avec la bouche. »

« Religion : une affaire du dimanche. »

« Le mariage, au contraire de la fièvre, commence par le chaud et finit par le froid. »

« Il se noie plus de gens dans les verres que dans les rivières. »

« Ce n’est pas parce qu’on prêche dans les églises que les paratonnerres y sont inutiles. »

« L’amour est aveugle, mais le mariage, c’est le contraire. »

« L’Américain qui, le premier, a découvert Colomb a fait une fâcheuse découverte. »

Roland MAGDANE

Humoriste et acteur français (né en 1949)

« Un raciste, quand il commande un »Black & White« , demande deux verres séparés. »

« Si les genoux se pliaient dans l’autre sens, à quoi ressembleraient les chaises ? »

Dean MARTIN

De son vrai nom Dino Paul Crocetti, acteur et crooner américain d’origine italienne (1917 - 1995)

« Un soir à Los Angeles, j’ai trouvé une blonde nue dans mon lit en rentrant dans ma chambre d’hôtel. Je ne mange pas de ce pain là. Je lui ai laissé vingt-quatre heures pour foutre le camp ! »

« Comportez-vous avec une femme comme si vous aviez déjà couché avec elle, et bientôt vous coucherez avec elle. »

Groucho MARX

Julius Henry Marks, dit Groucho Marx, comédien comique américain (1890 - 1977)

« La discrétion est ma devise. Je ne dis jamais rien. Même sur ma carte de visite, il n’y a rien d’écrit. »

« Elle tient sa beauté de son père. Il est chirurgien esthétique. »

« La prochaine fois qu’on se verra, rappelez-moi de ne pas vous parler. »

« En fait je ne la déteste pas, bien qu’elle m’agace souvent, mais si j’étais marié avec elle, je la tuerais une nuit, probablement à l’aide d’une batte de base-ball. »

« Ma mère venait d’Allemagne, mon père venait de France. Lorsqu’ils se sont rencontrés, aucun des deux ne comprenait un traître mot de ce que disait l’autre, alors ils se sont mariés. »

« Je me souviens parfaitement de la première fois où j’ai fait l’amour. J’ai encore le reçu. »

« J’aurais aimé lire un livre puissamment érotique interdit aux mineurs, mais ces robustes travailleurs ont le droit de lire comme tout le monde. »

« Je n’ai pas aimé la pièce, mais je l’ai vue dans de mauvaises conditions : le rideau était levé et, de plus, les acteurs articulaient parfaitement. »

« J’ai passé une excellente soirée… mais ce n’était pas celle-ci. »

« Je suis né très jeune. »

« La tentation d’une belle femme peut causer votre perte - si vous avez de la chance. »

« Je n’oublie jamais un visage, mais pour vous, je ferai une exception. »

« La politique, c’est l’art de chercher les problèmes, de les trouver, de les sous-évaluer et ensuite d’appliquer de manière inadéquate les mauvais remèdes. »

« Economisez l’eau… prenez votre douche avec une amie. »

« Voulez-vous m’épouser ? Votre mari vous a-t-il laissé de l’argent ? Répondez en premier à la seconde question … »

Jean-Louis MASSOT

Poète français né en 1955, vit à Bruxelles où il anime depuis 1995 les éditions Les Carnets du Dessert de Lune.

"Proverbe Chinois : Quand l’oiseau est sur la branche, ne reste pas en dessous ;
Proverbe Oiseau : Quand tu as chié sur le Chinois, ne reste pas sur la branche."

(extraits de « Penser pourrir », Éditions du Soir au Matin, 2010)

William Somerset MAUGHAM

Dramaturge et romancier britanique (1874 - 1965)

« Pour bien manger en Angleterre, il faut prendre le petit déjeuner aux trois repas. »

« Si les bars à Londres avaient des terrasses comme à Paris, on y boirait des verres de pluie. »

« Les Américaines espèrent découvrir dans leurs maris des perfections que les Anglaises attendent seulement de leurs maîtres d’hôtel. »

« Il y a trois règles à respecter pour écrire un roman. Malheureusement, personne ne les connaît. »

« Un diplomate est un homme qui se rappelle l’anniversaire d’une femme et qui oublie son âge. »

« Je n’arrive pas à me rendre compte si c’est votre fils qui fait des progrès en violon ou si c’est nous qui nous habituons. »

« La difficulté pour une femme n’est pas de garder un secret, mais de garder secret qu’elle garde un secret. »

Henry-Bonaventure MONNIER

Dramaturge, caricaturiste et acteur français (1799 - 1877)

« Que la nature est prévoyante ! Elle fait pousser les pommes en Normandie sachant que les indigènes de cette province ne boivent que du cidre. »

Michel Eyquem de MONTAIGNE

Écrivain français (1533 - 1592)

« Au plus eslevé throne du monde si ne sommes assis que sus nostre cul. Les Roys et les philosophes fientent, et les dames aussi. »

« Les femmes rougissent d’entendre nommer ce qu’elles ne craignent aucunement à faire. »

Jim MURRAY

Journaliste et écrivain britannique (né en 1957)

« Montrez -moi un mec qui soit bon perdant, et je vous montrerai un mec en train de jouer au golf avec son patron. »

Juan d’OULTREMONT

Artiste belge (né en 1954)

« C’est dingue de se dire que si Jésus avait écrit un dictionnaire, on ne l’appellerait pas le »Petit Robert« , mais le »Petit Jésus« . J’ai dit que c’était dingue. Je n’ai pas dit que c’était drôle. »

Gustave PARKING

Né Pierre Le Bras, humoriste, collaborateur du magazine « Fluide Glacial », français (né en 1955)

« C’est trop facile de louer Dieu, il ne donne pas de quittance. »

« Rougir devant une femme, c’est un peu bander de la tête et en avoir honte. »

« Le remords est une deuxième erreur ; ce n’est pas quand la poule a pondu qu’elle doit serrer les fesses. »

"L’ère glaciaire était glacée
L’ère chaudière était chauffée
L’ère gazinière nous a gazés
Et l’ère frigidaire sera stérile."

« Seuls les médecins peuvent toucher le coeur des femmes en leur demandant d’abord de retirer leur soutien-gorge. »

Gaston de PAWLOWSKI

Écrivain et reporter sportif français (1874 - 1933)

« On a créé le vélo tout-terrain car il existe très peu de terrains tout-vélo. »

« Inventions nouvelles et dernières nouveautés :
- les plantes grimpantes pour monter le courrier dans les étages ;
- le « bénédisiphon », accessoire œcuménique et de luxe qui remplace avantageusement l’archaïque goupillon ;
- le savon antidérapant garni de clous ;
- le mètre de poche ne mesurant que dix centimètres ;
- le peigne plein pour chauves ;
- les tribunes de champ de courses mobiles qui permettent aux amateurs hippiques de se déplacer sur rail en même temps que leurs favoris ;
- le fil à plomb à tige rigide qui évite de se balancer interminablement avant de rester immobile ;
- les étiquettes cintrées pour bouteilles bien remplies ;
- l’automobile qui se replie entièrement dans son coffre arrière. »

« Une femme du monde s’étonne que, le vibromasseur électrique ayant rendu d’utiles services, personne n’ait encore songé à construire un vibromonfrère. »

Francis PICABIA

Francis-Marie Martinez de Picabia, peintre, graphiste et écrivain français (1879 - 1953)

« A force de découvrir Dieu, ils vont finir par l’enrhumer. »

« Toutes les croyances sont des idées chauves. »

« Le pape est l’avocat de dieu. Dommage que son client soit mort. »

« Les hommes couverts de croix me font penser à un cimetière. »

« L’art est un produit pharmaceutique pour imbéciles. »

« Les femmes exagèrent leur faiblesses. »

« Il est plus facile de se gratter le cul que le coeur. »

« Les hommes politiques poussent sur le fumier humain. »

« L’art est le culte de l’erreur. »

Jacques PREVERT

Poète et scénariste français (1900 - 1977)

« La différence entre un ouvrier et un intellectuel ? L’ouvrier se lave les mains avant de pisser, l’intellectuel après. »

« Dieu fait ce qu’il peut de ses mains, mais le diable fait beaucoup mieux avec sa queue. »

« Mourra bien qui rira le dernier. »

« Un pied sur la rive droit, un pied sur la rive gauche, et le troisième au derrière des imbéciles. »

« Dieu a fait l’homme à son image, l’exhibitionniste lui rend hommage. »

« Il faut bien que genèse se passe. »

« Fesse, queue, doigt, advienne que pourra. »

« Martyr, c’est pourrir un peu. »

« La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe. »

« Quand vous citez un texte con, n’oubliez pas le contexte. »

« La théologie, c’est simple comme dieu et dieu font trois. »

« On ne fait jamais d’erreur sans se tromper. »

« L’étoffe des héros est un tissu de mensonges. »

« Le progrès : trop robot pour être vrai. »

« De deux choses lune l’autre, c’est le soleil. »

« Si quelqu’un vous dit : »Je me tue à vous le répéter« , laissez-le mourir. »

« Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. »

« Bien sûr, j’ai pensé parfois mettre fin à mes jours mais je ne sais pas par lequel commencer. »

« Il y a des gens qui dansent sans entrer en transe et il y en a d’autre qui entrent en transe sans danser. Ce phénomène s’appelle la Transcendance et dans nos régions il est fort apprécié. »

« Dieu est formidiable ! »

« Martyr, c’est pourrir un peu. »

« C’est connu, Eve n’avait pas de pomme d’Adam. »

Daniel PRÉVOST

Comédien et humoriste français (né en 1939)

« Avant de refaire le monde, on va déjà refaire des merguez. »

« Son chapeau lui va comme un gant. Trouvez l’erreur… »

« J’accuse la mort de faux et usage de faux ! »

« Entre un être humain, il n’y a pas grande différence. »

Raymond QUENEAU

Romancier, poète, dramaturge et mathématicien français (1903 - 1976)

« Elle était aussi bien de fesses que de face. »

Nathalie QUINTANE

Écrivain français (née en 1964)

« A partir d’un certain âge, on s’observe moins au dos des grandes cuillères. »

François RABELAIS

Écrivain français (1494 - 1553)

« Ceste année les aveugles ne verront que bien peu, les sourds oyront assez mal, les muets ne parleront guères, les riches se porteront un peu mieux que les pauvres, et les sains mieux que les malades. » (Oeuvres diverses, VIII, 3 )

« Il disait qu’il n’y avait qu’une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse. »

« Le grand Dieu fit les planètes et nous faisons les plats nets. »

Fernand RAYNAUD

Humoriste et acteur français (1926 - 1973)

« Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, je suis bien content de penser ce que je pense. »

Jules RENARD

Pierre-Jules Renard, dit Jules RENARD, écrivain français (1864-1910)

« Il y a deux ans que je n’ai pas parlé à ma femme, c’était pour ne pas l’interrompre. »

« La vieillesse, c’est quand on commence à dire : « Jamais je ne me suis senti aussi jeune. » » (Journal, 30 septembre 1897)

« Appelons la femme un bel animal sans fourrure dont la peau est très recherchée. »

« C’est une question de propreté : il faut changer d’avis comme de chemise. »

« Il était si laid que lorsqu’il faisait des grimaces, il l’était moins. »

« Dès que les sourcils poussent, les soucis viennent. »

« En France, le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière. » (Journal)

« Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le ! »

Anne ROUMANOFF

Humoriste et comédienne française (née en 1965)

« Le cheveu rare, ça donne l’air intellectuel, à défaut d’être intelligent. »

Laurent RUQUIER

Humoriste satirique français (né en 1963)

« Intégrisme : le foulard est un problème en soie. »

« Réforme de la justice : rappelons que tout homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit déclaré élu ! »

« Quand on a une voiture sale, c’est difficile de rentrer par ses propres moyens. »

« Il ne faut pas sortir sans préservatif… et encore moins entrer… »

« Un téléphone portable sur dix est volé dans l’année : les agresseurs sont généralement sans mobile. »

« Quand les pétroliers se plient en deux, les Bretons se tiennent les côtes. »

« L’administration aura désormais deux mois pour répondre au courrier des usagers : les fonctionnaires ont choisi juin et novembre ! »

« Le problème avec les cours de danse c’est qu’il faut y aller aux heures de pointe. »

« Si on est obligé de cloner des brebis, c’est parce qu’il n’y a plus suffisamment de légionnaires. »

« L’avortement, je ne suis ni pour ni contre ; je suis pour qu’on laisse le choix à l’enfant… »

« A Monaco, les gangsters ne braquent pas les banques ; elles leur appartiennent… »

« Les flics à l’école : il était temps, ça va leur faire du bien, certains en avaient vraiment besoin… »

« Monaco, c’est un peu Suisse-sur-Mer… »

« Un sommet européen aux Pays-Bas, ça vous donne le niveau… »

André SANTINI

Juriste et homme politique français (né en 1940)

« La preuve que le pape ne connaît rien à l’utilisation du préservatif, c’est qu’il l’a mis à l’index. »

« La droite a touché le fond de la piscine : maintenant, elle creuse. »

Erik SATIE

Compositeur et pianiste français (1866 - 1925)

« Ceux qui déblatèrent derrière mon dos, mon cul les contemple. »

Aurélien SCHOLL

Journaliste, auteur dramatique, chroniqueur et romancier français (1833 - 1902)

« On compare généralement la politique à un échiquier. On a tort : c’est un jeu de dames. »

« Ils avaient si mauvaise haleine qu’en mangeant du poulet ils pensaient que c’était de la bécasse. »

« La fourrure c’est une peau qui change de bête. »

« La fidélité conjugale, une terrible démangeaison avec interdiction de se gratter. »

« L’usurier, c’est celui à qui on emprunte un mouchoir et qui vous réclame une paire de draps. »

"On nous a dit que la censure était rétablie.
- Elle n’a jamais été malade."

"Vous avez parfois des mots un peu crus !
Madame, désormais, on vous les fera cuire."

« Dessert : une pêche si on est seul, un péché si on est deux. »

« Dieu lui-même croit à la publicité : il a mis des cloches dans les églises. »

« Les Français se regardent à la boutonnière comme les chiens se flairent où vous savez… »

« Fallait-il faire un doigt de cour ? Oh, une phalange suffit ! »

Louis SCUTENAIRE

Écrivain et poète surréaliste belge (1905 - 1987)

« La morale est une manière de poser sa fesse. »

« Tout homme a droit à vingt-quatre heures de liberté par jour. »

« La plus ancienne profession du monde est hélas celle de prêtre. »

« Le nez est l’idiot du visage. »

« Les cannibales n’ont pas de cimetière. »

« Imiter les dégâts. »

« Les oiseaux ne font pas de sport. »

« Dieu a peur de l’homme. »

George Bernard SHAW

Essayiste, scénariste, critique et auteur de théâtre irlandais (1856 - 1950)

« Je me cite souvent. Ça met du piment dans ma conversation. »

« Si les Anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout. »

« Un banquier c’est quelqu’un qui vous prête un parapluie quand il fait beau, et vous le reprend quand il pleut. »

« L’homme le plus inquiet de la prison en est le directeur. »

TALLEYRAND

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord dit TALLEYRAND, homme politique et diplomate français (1754 - 1838)

« Le meilleur auxiliaire d’un diplomate, c’est bien son cuisinier. »

« Les mécontents, ce sont des pauvres qui réfléchissent. »

« L’Angleterre a deux sauces et trois cents religions ; la France au contraire, a deux religions, mais plus de trois cents sauces. »

« Les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque. »

Jacques TATI

Jacques Tatischeff dit Jacques TATI, réalisateur et acteur français (1907 - 1982)

« Le cours du caoutchouc est élastique »

Guillaume THIBERGE

Écrivain français de nouvelles (né en 1959)

« Si les cons volaient les ballons seraient gonflés à l’hélium. »

Roland TOPOR

Illustrateur, dessinateur, peintre, écrivain, poète, metteur en scène, chansonnier, acteur et cinéaste français (1938 - 1997)

« Puisqu’on ne vit qu’une seule fois, autant établir de bonnes relations avec soi-même. »

« La révolte des jeunes : vomir. L’ultime révolte des vieux : chier partout ! »

« Pas romantique pour un rond, elle fait sécher des harengs entre les pages de ses livres de poésie. »

« Le sérieux n’est que la crasse accumulée dans les têtes vides. »

« On a souvent de plus petits besoins que soi. »

« Les réducteurs de têtes prétendent soulager la migraine. »

« A force de débiter des conneries à longueur de journée, des poils ont fini par pousser autour de sa bouche. »

Mark TWAIN

Samuel Langhorne Clemens dit Mark TWAIN, écrivain, essayiste et humoriste américain (1835-1910)

« Il y a trois sortes de choses qu’une femme est capable de faire avec rien : un chapeau, une salade et une scène de ménage. »

« Un jour, mon berceau fut placé à côté de celui d’un autre enfant. L’un de nous deux mourut. Depuis, je ne sais pas lequel est vivant : lui ou moi ? »

« Je choisirai le paradis pour le climat, et l’enfer pour la compagnie »

« Si notre Père céleste a inventé l’homme, c’est parce que le singe l’avait déçu. »

« Le premier baiser qu’on obtient d’une femme est comme le premier cornichon qu’on parvient à extraire du bocal. Le reste vient tout seul. »

« Octobre est un mois particulièrement dangereux pour spéculer en bourse. Mais il y en a d’autres : juillet, janvier, septembre, avril, novembre, mai, mars, juin, décembre, août et février. »

« Le fait de fumer m’a sauvé la vie. Chaque fois que je vais mal, le médecin me supprime le cigare. Et je guéris ! Où en serais-je si je n’avais pas fumé le cigare. »

« Pourquoi dépenser de l’argent pour faire établir votre arbre généalogique ? Faites de la politique et vos adversaires s’en chargeront. »

« Consommée avec modération, l’eau ne peut pas faire de mal. »

« Je n’aime pas l’idée d’avoir à choisir entre le ciel et l’enfer : j’ai des amis dans les deux. »

« L’une des preuves de l’immortalité de l’âme est que des myriades de gens le croient. Ils ont cru aussi que la terre était plate. »

« Le lit est l’endroit le plus dangereux du monde : 99 % des gens y meurent. »

« Je n’ai pas assisté à son enterrement, mais j’ai envoyé une belle lettre pour dire combien j’approuvais cette initiative. »

« Les murs des cimetières sont une dépense inutile. Ceux qui sont dedans ne peuvent en sortir, et ceux qui sont à l’extérieur ne veulent pas y entrer. »

« L’art de la prophétie est extrêmement difficile, surtout en ce qui concerne l’avenir… »

Boris VIAN

Écrivain, poète, auteur de théâtre, parolier, chanteur, trompettiste de jazz, scénariste, français (1920 - 1959)

"- A quoi est due la chute d’Adam et Eve ?
- C’était une erreur de Genèse."

« La Légion d’honneur de Lyon ? La rosette ! »

« À quoi bon soulever des montagnes quand il est si simple de passer par-dessus ? »

« Qu’il soit minuit, qu’il soit midi, vous me faites chier docteur Schweitzer. »

« Qu’il me soit permis de penser que l’usage d’une chanson est aussi correct que celui d’un fusil. » (à propos de la chanson du Déserteur)

VOLTAIRE

François Marie Arouet, dit VOLTAIRE, écrivain français (1694 - 1778)

« Un astrologue ne saurait avoir le privilège de se tromper toujours. »

« Les bavards sont les plus discrets des hommes : ils parlent pour ne rien dire. »

Oscar WILDE

Oscar Fingal O’Flahertie Wills dit Oscar WILDE, écrivain irlandais (1856-1900)

« Je peux résister à tout, sauf à la tentation. »

« On devrait toujours être amoureux : voilà pourquoi on ne devrait jamais se marier. »

« L’amour rend aveugle, le mariage rend la vue. »

« Si on ne peut pas prendre du plaisir à lire et relire indéfiniment un livre, il ne sert à rien de le lire une première fois. »

« La pièce était un succès mais le public était en dessous de tout. »

« Je crois parfois que Dieu en créant l’homme à quelque peu surestimé ses capacités. »

Robin WILLIAMS

Acteur et humoriste américain (né en 1951)

« Une baby-sitter est une ado qui se conduit comme une adulte pendant que les parents se conduisent comme des ados. »

« Les ballerines sont toujours sur la pointe des pieds ! Pourquoi n’en engagent-ils jamais de plus grandes ? »

« Adolescent j’étais pyromane. On m’a placé dans un foyer. »

« Celui qui pense qu’on ne peut pas changer le passé, c’est qu’il n’a pas encore écrit ses mémoires. »

« Divorce : doux euphémisme qui désigne l’action de coincer les parties génitales d’un pauvre homme dans son portefeuille. »

« On a été cambriolé par des homosexuels. Ils ont fracturé la porte d’entrée et ils ont refait toute la déco de l’apart. »

« En Angleterre lorsque vous commettez un crime, la police n’a pas de révolver et vous non plus. Les sommations c’est : « stop ou je dis stop à nouveau ! » »

« Dieu a offert aux hommes un cerveau et un pénis , mais pas suffisamment de sang pour que les deux fonctionnent en même temps. »

Georges WOLINSKI

Dessinateur français (né en 1934)

« La vérité sur le sexe des femmes : c’est un muscle. »

Jean YANNE

Jean Gouyé dit Jean YANNE, acteur, auteur, réalisateur, compositeur français (1933 - 2003)

« Les Hommes naissent libres et égaux en droit. Après ils se démerdent. »

« Si il y avait un impôt sur la connerie, l’Etat s’auto-financerait lui même »

« Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on les emmerde pas longtemps. »

« Les moutons ont quand même cet avantage sur l’homme qu’on les conduit à l’abattoir sans leur parler de patriotisme ou d’un monde éternel meilleur. »

« Heureusement que Jésus-Christ n’est pas mort dans son lit. Sinon, en Bretagne, il y aurait un matelas en granit à chaque carrefour. »

« Si Jésus était mort empalé plutôt que crucifié, il n’y aurait plus que les paratonnerres sur les églises. »

« Il est impossible de dire où finit le delirium tremens et où commence l’ambition politique. »

« Cambronne ne mâchait pas ses mots. Heureusement pour lui. »

« Je serais à la place des agriculteurs qui déposent du fumier devant les Mac Do, je me méfierais parce que les gérants vont finir par croire qu’il s’agit d’une livraison. »

« La légion d’honneur, c’est comme les hémorroïdes, aujourd’hui n’importe quel cul peut l’avoir. »

« Je ne supporte pas qu’on compare la patrie à ma mère. »

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est une connerie : prenez les éboueurs… »

« L’amour c’est du sport, surtout s’il y en a un des deux qui ne veut pas. »

« Le stationnement est devenu mission impossible à Paris. Le mieux c’est encore d’acheter une voiture garée. »

« La connerie, c’est comme le judo, il faut utiliser les forces de l’adversaire. »

"Vous avez lu l’Ancien Testament ?
Non ! Qui a hérité ?"

« Ni Dieu ni maître, même nageur ! »

YLIPE

De son vrai nom Philippe Lacoue-Labarthe, dessinateur, peintre et écrivain français (1936 - 2003)

« Dieu a de beaux saints. »

« On ne peut compter que sur ses doigts. »

« Quand on tient un livre à l’envers, c’est mieux de commencer par la fin. »

« Si l’on ôte cinq de dix, il reste cinq. Ce n’était pas la peine. »

« Un seul trou suffit pour faire une passoire. »



----

Voir aussi Proverbes et dictons idiots, Calembours culturels et Penseurs.